.

CONNECTEZ-VOUS A L'ESPACE ADHERENT

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha

btn adherer

btn fb offbtn tw offbtn in off

bandeau asf

LA SELECTION VEGETALE

La sélection végétale est le point fort de toute agriculture pour permettre l'innovation et répondre à tous les enjeux que nous devrons relever.

La sélection végétale doit nous fournir les variétés indispensables à l'alimentation humaine et animale. Cependant, cette activité hautement technique ne pourra se faire que part l'utilisation des techniques modernes sans se replier uniquement sur les techniques anciennes même si celles-ci sont toujours d'actualité.

Ce secteur d'activité est le premier maillon de l'agriculture par la fourniture des semences qui à leur tout donnera les productions de consommation.

Tout pays qui ne dispose pas de ce secteur à un niveau performant se condamne à réduire ses propres capacités de production pour l'alimentation de sa population.

La conservation des variétés anciennes est certes une bonne chose pour la sauvegarde de la biodiversité mais elle ne pourra pas seule répondre aux enjeux du 21 siècles.

Les exigences de consommation tant en qualité qu'en quantité sont bien au-dessus de ce que nous avons connues jusqu'à présent et il est complètement illusoire d'envisager l'avenir uniquement sur le travail de nos aînés et nous devons aujourd'hui apporter nous aussi notre pierre à l'édifice.

 

 

 

 

LE DEFI ALIMENTAIRE

La population mondiale ne cesse d’augmenter, les conditions climatiques entraîneront, c’est sûr, de profondes modifications pour toutes les grandes productions végétales : céréales, maïs pommes de terre, etc, et les conflits n’ont toujours pas cessés même s’ils se sont déplacés. Les estimations prévoient 9 Milliards d’habitants en 2050 et nous sommes déjà 6 milliards, chiffre donné en 2000.

Les stratégies misent en place aujourd’hui n’ont pas permis d’éradiquer la faim dans le monde. Les organismes internationaux recrutent pourtant les meilleurs spécialistes et les ONG sont présentes un peu partout dans le monde. Il faut répondre à l’urgence : réparer immédiatement sans prévoir demain.

Il est important aujourd’hui que chacun d’entre nous rende des comptes, que l’on fasse une analyse des résultats pour savoir si l’aide apportée est à la hauteur des espérances de ces populations qui n’ont rien ou presque rien et pour lesquelles l’avenir est bouché. Pas d’horizon et même l’espoir ne leur est plus permis et pourtant les aides sont là … mais pour qui, pour quoi ! Il faut rendre des comptes. Accepter le jugement si l’on veut que le développement soit réel.

La mondialisation des échanges, pourquoi pas ! si elle permet aux pays les plus démunis de rentrer dans le concert des pays exportateurs. Si les barrières de l’OMC ne leur sont pas fermées…et si les politiques s’accordent pour que le terrain soit le lieu de travail. Pour que la semence ne soit pas seulement une entité imaginaire et qu’un jour elle puisse être à la disposition de l’agriculteur : au bon moment et de bonne qualité !

Que les obstacles aussi bien internes qu’externes soient levés ! Des barrières partout qui empêchent tout.

La misère, la pauvreté ne sont pas une fatalité. Mais l’enfant naît ici ou là-bas. Il ne choisit pas. Et s’il naît là-bas il traîne dès sa naissance le fardeau de la dette de son pays : pauvre ou riche ! C’est son pays qui décidera. Et pour vivre il lui faudra partir, s’exiler pour trouver du travail ou bien accepter son sort qui le conduira inéluctablement à se dessécher sur sa terre brûlée.

Le défi alimentaire sera difficile à relever ! il est préférable d’être optimiste mais les illusions risquent de ne pas être suffisantes. Il faut être capable d’anticiper sur l’avenir. Etre capable de comprendre pourquoi aujourd’hui nous n’en sommes pas capables. Cependant l’analyse reste délicate et chacun d’entre nous aura la sienne. Palabres, palabres combien de palabres faudra-t-il encore ?

L'avenir alimentaire des populations

LA biodiversité cultivée s'ajoute à la biodiversité sauvage